Quels sont les principes de l’agrobiologie ?

L’agriculture biologique ou agrobiologie a la particularité d’être par régie par certains principes généraux ainsi que des programmes de certification. Son concept est donc de mettre un accent à part entière sur le marché pour faire valoir ses produits via des labels, ce qui signifie être doté d’une protection bien légale. Les principes de base sont alors les racines avec lesquelles l’agriculture biologique se développera surtout sur le plan sanitaire.

Le principe de santé, ce que cela représente pour l’agrobiologie

L’agriculture biologique a l’obligeance de soutenir et de parfaire la santé des sols, des animaux, des plantes, des hommes ainsi que de la planète toute entière. Ce principe démontre que la santé des habitants terrestre et des communautés ne doit être séparée de celle des écosystèmes. Un sol en bonne santé produira une culture saine pour donner meilleure santé aux êtres vivants. La santé est l’ensemble des systèmes vivants. Il ne s’agit pas juste de l’absence de maladies, mais aussi du maintien du bien-être physique, social, mental de l’écologie. L’immunité, la régénération et la résistance sont les options clef de la santé. La fonction de l’agrobiologie, au niveau de la production, de la préparation, de la transformation, de la distribution ou de la consommation, est d’améliorer la santé des écosystèmes ainsi que des organismes vivants du plus petit au plus grand.

Le principe d’écologie et le principe d’équité

L’agrobiologie a comme bases les cycles et les écologies vivants, en se liant avec eux, en les imitant et en les aidant à se maintenir. Cette base enracine l’agrobiologie dans les systèmes écologiques vivants. Il mentionne que la production a comme bases les processus écologiques et le recyclage. Le bien-être et la nutrition sont manifestés par l’écologie de cet environnement spécifié de production. Prenez comme exemple les cultures, avec un sol bien vivant ; c’est donc un écosystème de la ferme pour les animaux, et pour les animaux marins, il faut un environnement aquatique. Des systèmes culturaux, voire pastoraux avec des cueillettes sauvages en mode biologique doivent s’adapter à tous ces cycles et à tout équilibre écologique de la nature. Le principe d’équité, lui, souligne que les organismes qui sont engagés dans l’agrobiologie doivent entretenir et faire une culture des relations humaines en s’assurant de l’équité pour tout type d’acteurs.

Le principe de précaution, quel impact pour l’agrobiologie ?

L’agriculture biologique doit être dirigée de façon précautionneuse, plus prudente et très responsable pour maximiser la santé des générations actuelles ou futures sans oublier l’environnement. L’agrobiologie est un système vivant bien dynamique qui démontre les demandes et les conditions soit internes soit externes. Les acteurs de ce genre d’agriculture peuvent mieux améliorer son efficacité et augmenter toute productivité, mais qui ne devrait pas risquer de mettre en danger le bien-être. Le principe établit alors la précaution et aussi la responsabilité de gestion, de technologie et de développement en agrobiologie. La science est de ce fait utile pour garder une agriculture biologique bien saine et sans risque sanitaire.