Que prévoit le Grenelle de l’environnement pour l’agriculture ?

Le Grenelle de l’environnement a été initié en 2007 par le ministre d’État de l’époque Jean Louis Borloo, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Plusieurs ONG et association environnementale ont participé à ce premier Grenelle. Le problème des émissions de gaz polluant dans le secteur agricole était également au cœur des débats. Mais quelles sont les mesures prévues par le Grenelle de l’environnement par rapport à l’agriculture ?

Le développement de l’agriculture biologique

L’objectif du Grenelle de l’environnement 2007 était l’augmentation des offres de produits bio sur le marché en 2012. Ceci avait pour objectif de créer de nouveaux débouchés pour la filière agriculture. Le projet de loi prévoyait le recours aux produits bio dans tous les restaurants publics. Ainsi, les surfaces agricoles biologiques doivent au moins être augmentées de 6% avant 2013 et 20% en 2020. Pour atteindre cet objectif, le crédit d’impôt va être doublé pour faciliter la reconversion des exploitations agricoles classiques. Cependant, dans certaines régions de France, l’agriculture bio a du mal à s’imposer au niveau foncier. Au niveau de la distribution, dans certains magasins bio, les produits doivent être importés d’autres pays pour faire face à la demande.

La réduction de l’impact de l’agriculture conventionnelle

La loi sur le Grenelle de l’environnement a prévu des mesures pour la réduction de l’impact de l’agriculture conventionnelle sur l’environnement. L’une de ces mesures étant la certification environnementale des exploitations agricoles, dont le plus exigeant peut octroyer une certification spécifique. Du coté énergétique, un plan de performance a été mis en place pour permettre la reconversion des exploitations agricoles dans l’utilisation d’énergie verte comme le solaire ou l’éolien. Pour faire face aux dangers des pesticides dans les exploitations agricoles conventionnelles, la première solution proposée était une réduction des produits les plus dangereux, ou même une interdiction ou une substitution par des produits moins nocifs. Un plan d’urgence pour protéger les abeilles a également été mis en place depuis 2009, en appliquant certaines directives européenne sur l’interdiction de plusieurs produits phytosanitaires.

Les autres mesures du Grenelle de l’environnement

À l’heure actuelle, plusieurs organismes non gouvernementaux proposent une amélioration de loi Grenelle pour aider les agriculteurs dans leur reconversion dans le bio. Ainsi, le crédit d’impôt devrait être doublé et généralisé pour l’ensemble des agriculteurs sur le territoire. La protection de l’eau à travers les agences gouvernementales devra être également mise en place. L’adoption de plusieurs lois pour permettre la coexistence entre les OGM et les autres cultures devra être mise en place rapidement. Enfin, des mesures d’accompagnement interviendront dans le domaine de l’agriculture bio en particulier, au niveau de la création d’emplois. Ces mesures portent essentiellement sur la formation et l’utilisation des engrais biologiques. En conclusion, malgré l’effort des gouvernements successifs, la mise en place effective de la loi sur le Grenelle de l’environnement connaît quelques problèmes, surtout au niveau de l’agriculture en raison de certaines pratiques difficiles à changer.