Pourquoi la France est-elle le pays des semences ?

La France est le premier pays promoteur de semence en Europe et le premier exportateur universel, devant les États-Unis et les Pays-Bas. Dans la région, quand un agriculteur ressème une part de sa récolte sortie de semences sachant être attestées, on parle de semence fermière, et le terme semences paysannes est utilisé pour définir des semences triées par les paysans et créées sur la ferme. Les semences choisies de façon traditionnelle dans le reste du monde sont appelées semence du patrimoine. La récolte de l’agriculteur résulte de leur qualité.

La France est un pays des semences grâce à son économie

La filière de semences en France indique plus de 246 sociétés de production, plus de 70 entreprises de collection, plus de 22 000 répartiteurs, et plus de 19 000 agriculteurs multiplicateurs. Les actions de production et de sélection de semenciers ou de semences sont de dimensions très variables. À partir des associations, puis des PME, jusqu’à des groupes supérieurs internationaux. Notamment, les semences de la majorité des espèces cultivées en Europe doivent être certifiées et contrôlées pour avoir la faculté d’être exploitées. D’autre part, la variété d’une semence, pour la plupart des espèces potagères et agricoles doit être consignée, soit à la liste communautaire afin d’être commercialisée, soit au catalogue officiel des variétés et espèces national.

Des différentes qualités de semences sont rencontrées

Les principaux critères de semences, suivant la règlementation française, sont, la pureté variétale (il s’agit de calibrer le taux de graines au sein du lot de graines, en s’éloignant du type original de la plante), la pureté spécifique (mesurer dans les lots la présence de graines de plantes d’une autre espèce, en général adventices), l’état sanitaire (les graines doivent être saines) et la faculté germinative (c’est la quantité de germes durables acquis).

Le rayonnement Français

Plusieurs agents contribuent au rayonnement français, dont la capacité des agriculteurs-multiplicateurs, la différence des terroirs, un encadrement réglementaire ajusté et la division de la qualité à travers un ordre interprofessionnel, une dynamique d’innovation et des placements banquiers, qui se retrouvant dans des 4 foyers spécialisées. Les quatre familles professionnelles sont, les entreprises de sélection, dont à travers des prospectus de sondage, elles œuvrent à assembler les herbes aux attentes sociétales, aux climats, aux territoires et aux styles de vie modernes. Puis, les entreprises de production, qui livrent certains types de semences à des agriculteurs-multiplicateurs prêtes à être utilisée, et ces-derniers les amplifient en grande quantité avant d’être acheter par l’entreprise de production. Ensuite, l’agriculteur-multiplicateur, qui est un agriculteur spécialisé dans la multiplication de semences dont son but est d’entretenir la valeur des semences que la société de production lui a données et ainsi de la générer à une échelle élevée. Enfin, les distributeurs de semences, dont ils s’agies des enseignants spécialisées, comme de rayonnements voués au sein de grandes surfaces.